FORMATION DES AGENTS DE SANTE COMMUNAUTAIRE (ASC) DE LA COMMUNE NGOZI

Cinquante agents de santé communautaire de la commune Ngozi ont participé à une formation sur la promotion de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes.  La formation qui a duré 3jours du 29 au 31 Juillet, avait pour   objectif de renforcer les capacités des ASC en matière de Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes(SSRAJ). Ces ASC ont une proximité avec la communauté et dispose de grandes capacités de sensibiliser aussi bien les jeunes que les adultes.

Comme paquets de formation reçu par les participants figurent :

  • Les changements corporels au début de l’adolescence
  • Les nouvelles formes de vulnérabilité notamment les mariages précoces et les grossesses non désirés
  • Les infections sexuellement transmissibles et VIH Sida
  • Comment transmettre les informations nécessaires et complètes aux jeunes et aux adolescents

PHOTO TEMOIGNAGE

Emile Gahungu, ASC de Gabiro, dit que les jeunes et les adolescents de sa localité sont menacés par le manque d’information en matière de la santé sexuelle et reproductive. Dans les familles il y a le manque de dialogue entre les parents et les enfants. Quant à lui étant un agent de santé, après la formation dans laquelle il vient d’acquérir des nouvelles connaissances et qui vont lui faciliter le travail dans sa communauté, il affirme qu’il va   aider les jeunes à changer de comportements à être responsables.

Selon Thérèse Ndabarushimana, elle est satisfaite de la formation qui lui a apportée des nouvelles connaissances. « Je m’inquiète de la façon dont les jeunes d’aujourd’hui se comportent, nos enfants sont emportés par les nouvelles Technologies, ils apprennent différents comportements totalement contraires à notre culture, c’est dommage. Aujourd’hui les parents ne communiquent pas avec leurs enfants et ces derniers tombent dans des pièges par ignorance. » ajoute Thérèse.

En collaboration avec les parents, les enfants, les enseignants et les directeurs des écoles Thérèse pense qu’il est encore possible de redresser l’éducation et d’aider ainsi les jeunes à adopter de comportements dignes pour la promotion de leur de santé sexuelle et reproductive

Partager sur...Share on Facebook0Tweet about this on Twitter