Écoutez d’abord

En date du 26 juin 2017, à Bujumbura la communauté des usagers de drogue au Burundi et leurs partenaires ont rejoint le monde entier pour la célébration de la campagne mondiale « Support don’tPunish ».

L’usage des drogues injectables est une réalité au Burundi et elles font des ravages pour ceux qui les utilisent. Certains déplorent avoir perdu une partie de leur vie qu’ils ne pourront jamais récupérer. La police et les psychologues affirment que les usagers des drogues injectables sont des malades à faire soigner et non des criminels à mettre sous les verrous. La marginalisation qu’ils subissent dans la société ne les aide pas dans leur intégration sociale.Conformément à sa résolution 42/112 du 7 décembre 1987, l’Assemblée générale a décidé de célébrer la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues le 26 juin afin de renforcer l’action et la coopération aux échelons national, régional et international dans le but de parvenir à une société saine sans victime de l’usage abusif de la drogue.
De son côté, l’Alliance burundaise de lutte contre le Sida (ABS) s’est joint au monde entier pour célébrer la campagne mondial « Support don’tPunish », pour que les usagers de drogues, les parents, les parlementaires (les champions) et les différents partenaires connaissent  au quotidien les principaux problèmes rencontrés par les usagers de drogues, les participants se félicitent du projet pour son succès efficace.

Successivement les discours de la journée ont été prononcés par le représentant des utilisateurs de drogues, le Représentant Légal de l’ABS, le représentant de la ville de Bujumbura, le représentant des députés, le représentant du Ministre de la Santé et le commissaire général de la police judiciaire.Tous les orateurs ont remercié les organisateurs de cet événement pour l’intérêt des usagers de drogues. Le représentant d’ABS qui a organisé l’événement a remercié tous les participants pour leur temps sur cette campagne mondiale. Il a noté que l’ABS ne favorise pas la drogue, mais investisse ses efforts pour la réduction des risques causés par l’usage des drogues, la plupart d’entre nous avaient perdu espoir et nous nous cachions dans les coins mais maintenant nous sommes sorti du petit trou pour la recherche d’une vie normale comme les autres » a mentionné l’un des usagers . L’envoyé du maire de la ville de Bujumbura quant à lui a également remercié ABS et ses partenaires d’avoir organisé cette journée de sensibilisation aux effets néfastes des drogues sur la santé. Et invite tout le monde de faire de son mieux afin d’aider les usagers de drogues qui ont besoin d’une assistance médicale. Honorable Adolphe Banyikwa qui a pris la parole au nom des honorables parlementaires, a déclaré que l’Assemblée nationale est préoccupée par le phénomène de la consommation de drogues par les jeunes et que cette institution fera tout son possible pour promouvoir toute initiative visant à sauver la vie de ces jeunes.Le commissaire général de la police judiciaire M. MANISHA Emile a conseillé les jeunes qui consomment de la drogue que la loi actuelle ne tolère pas les usagers de drogues et que, par conséquent, la meilleure façon d’éviter de nuire est d’abandonner l’utilisation de ces stupéfiants.

Le directeur des maladies chroniques au ministère de la Santé publique et du sida, M. Innocent NKURUNZIZA, qui a représenté le ministre empêché, a salué les actions louables prises par l’ABS et ses partenaires dans le cadre du projet régional « HIV AND HARM REDUCTION ». Pour lui, les centres de désintoxication devraient être multipliés afin de limiter les dommages causés par la consommation de drogues.

Fort du succès de la campagne de l’année dernière, le thème pour l’année 2017 est : « Écoutez d’abord ». Écouter les enfants et les jeunes constitue une étape cruciale pour les aider à grandir sainement et en sécurité. Fondée sur des données scientifiques, cette initiative a pour objectif d’accroître l’appui à la prévention de l’usage des drogues ; un investissement efficace pour le bien-être des enfants, des jeunes, de leur famille et de leur communautés.

Notez que les cérémonies ont été renforcées par la démonstration de certains des talents des anciens usagers de drogues ainsi que par les témoignages de certains d’entre eux.

 

 

                                                                                                        Eric NSENGIYUMVA

                                                                                                               Campaign Manager 

 

 

 

 

Partager sur...Share on Facebook0Tweet about this on Twitter