Autonomisation des travailleuses de sexe : Pourquoi les activités génératrices de revenus ?

Le 7 août 2015, à RUMONGE, les groupements de 40 jeunes Travailleuses de sexe  ont  bénéficié d’un appui pour des activités génératrices de revenus. Ces jeunes victimes de pauvreté et de violation de leurs droits ont besoin d’autonomisation.

La pauvreté est l’un des facteurs qui les poussaient à ne pas être autonomes en décision sur leur sexualité, décision d’utiliser le préservatif ou pas, car ce métier  constitue leur mode de vie. Les crédits sont rotatifs, les remboursements vont servir aux autres qui n’ont pas eu la chance d’en avoir.

Partager sur...Share on Facebook0Tweet about this on Twitter