ARV mon compagnon de tous les jours

Une séance de gestion de stress a été organisée en faveur des jeunes des populations clés vivant avec le VIH, la séance était animée par un  psychologue, autour des jeux et des questions concours au centre convivial abrité par le RNJ+.

Les jeunes vivants avec le VIH sont souvent  victimes  de la discrimination constante dans la société et font face à beaucoup de stress et tentions au travail ou bien même à l’école.

Gestion de stress

L’objectif principal étant  d’encourager ces jeunes à adhérer positivement au traitement antirétroviral. La non adhésion au traitement a des conséquences sur la santé de l’individu et diminue considérablement l’espérance de vie confia Jean- Marie le psychologue. Un autre jeune qui n’ a  pas voulu dévoiler son nom, nous a confié qu’avant d’adhérer au traitement antirétroviral, il était très souffrant, toujours hospitalisé mais qu’au fur et à mesure qu’il prenait ses pilules sa santé s’est améliorée et stabilisée d’une manière considérable.

Un débat très ouvert a été engagé par l’orateur sur l’avantage de prendre les médicaments  malgré les malaises que ces derniers peuvent causer. Les bienfaits de la prise en charge médicale ont été dégagés à travers les théâtres, le gagnant de  la compétition du billard a reçu un post radio et un t-shirt.

« Ces journées devraient être organisées régulièrement car ça nous aident à mettre derrière nous le stress liés à la discrimination et au rejet de nos familles ou amis et être capable de vivre positivement» confia Ornella une des participants à cette séance et membre du Réseau National des jeunes vivant avec le VIH (RNJ+).

Convaincu de l’importance de prendre les ARV  Ces jeunes des populations clés ont ensuite pris un engagement personnel écrit de suivre le traitement pour pouvoir vivre aussi longtemps que possible.

« Je suis déterminé  régulièrement  à suivre mon traitement  car c’est mon compagnon » constata  Fabien

Partager sur...Share on Facebook12Tweet about this on Twitter